Şieu-Odorhei

La commune de Şieu-Odorhei se situe dans la partie du nord de la Roumanie, dans la partie occidentale du comté de Bistriţa-Năsăud, à 15 km de la ville de Beclean et à 32 km de la ville de résidence du comté-Bistrita, à 100 km des aéroports de Cluj-Napoca et de Târgu-Mureş.Les villages composants de la commune sont : Sieu-Odorhei-le village de résidence, Agrişu de Jos, Agrişu de Sus, Bretea, Coasta, Cristur-Şieu, Şirioara.

 

Il est bordé au nord par la commune Chiuza, à l'ouest avec la ville de Beclean, au sud-ouest avec la commune de Nuşeri, au sud avec la commune de Lechinţa, au sud-est avec la commune de Sieu Măgheruş à l'est et au nord-est avec la commune de Sintereag.

 

Le musée du département de Bistriţa-Năsăud possède dans ses collections plusieurs trésors antiques et médiévaux qui offrent un aperçu de la prospérité économique de la population de la région, depuis les temps les plus reculés. En 1982, le « Trésor de Sieu-Odorhei » est découvert. Il s'agit d'environ 207 tetra-drachmes grecs en argent et sept monnaies celtiques qui appartenaient à un noble dace qui a participé avec Burebistadans l'expédition contre les Celtes des années 60 av. J.C : « Le fait que dans le comté de Sieu- Odorhei ont été découverts en 1982, avec les tetra-drachmes grecs aussi les sept pièces de monnaies d'or 24 carats celtiques-monnaies comme on n'a jamais découvert à l'est de la Tisza démontre qu'ils pourraient seulement être une proie de guerre et que si le noble dace qui les détenait a participé, avec les troupes de Burebista, à l'incursion contre les Celtes », explique l'archéologue Marinescu, découvreur du Trésor.

 

Assis sur la rive gauche du fleuve Sieu, le village de Sieu-Odorhei est certifié comme datant du IIe siècle av. J.-C. ayant une origine dace. Dans le village on a découvert des traces d'une voie romaine de l'époque romaine et d'un établissement Daco-romain. Le village est attesté par les documents la première fois en l'an 1263, sous le nom de Darócudvarhely.


Encore avant l'an 1300 on fait la mention d'un village dans un code hongrois, village nommé Şirioara, où tous les habitants roumains étaient des serfs sur la propriété d'un Boyard hongrois. Le nom de Şirioara, donné au village vient de la file des maisons, construites d'un côté et l'autre de la route.
Le village de Bretea est mentionné pour la première fois dans les documents dans l'année 1329 sous le nom Berethe. Initialement il appartenait à la famille noble hongroise Somkerék, puis il a été divisé entre les familles de Bethlen et Almakerék. Bien qu'à l'origine c'était un village Saxon, les Saxons ont été assimilés par les Magyars qui sont arrivés peu de temps après. En 1898, les habitants ont construit une église en bois dédiée aux Saints Archanges Michael et Gabriel.

 

Attractions touristiques rencontrées dans la commune :
Coutumes et traditions


«La décoration du taureau»


L'habitude de la « décoration du taureau » est héritée des tribus Daces et se tient chaque année le premier jour de la Pentecôte, au cours de laquelle plusieurs jeunes filles vêtues de costumes folkloriques tentent d'empêcher de sa course un bouvillon tenant entre ses cornes une couronne de fleurs, l'animal étant banni par quelques autres garçons à cheval.


Après la messe à l'église, un cortège composé de filles vêtues de costumes folkloriques et de garçons, en habits populaires aussi, mais à cheval, accompagnent un bœuf entre les cornes duquel ils mettent une grande couronne de fleurs. A la suite du bœuf viennent beaucoup de garçons qu'on appelle « cenuşorci », des personnages costumés avec des rameaux verts des arbres, les tapant violemment au fouet pour chasser le taureau que tous les gens du pays essayent de mouiller avec des seaux d'eau, lors de son passage dans leurs rues.


Selon Vasile Cosma, ethnologue, « La décoration du taureau » symbolise « la confiance de l'homme dans le triomphe du soleil dont l'énergie donne de la sécurité à la richesse et l'espoir du bien-être », étant pratiqué à la Pentecôte, jour dans lequel les prêtres aussi sanctifient et bénissent la terre. « La coutume est une perpétuation de certains rituels mythiques anciens qui attribuaient aux forces divines la forte effusion de lumière, de chaleur et de couleur qui déclenche vers la fin du printemps une explosion fantastique de végétation qui réjouit le monde et l'âme humain " , il a noté dans une étude de spécialité.


« Le bal des mariés »


Année après année, dans le premier mois de l'année, quand il y a de la neige, les habitants de Sieu sortent leurs vêtements de dimanche de la caisse et vont à la danse. La manifestation a comme point de départ le Festival des Mariés, une coutume qui se tient chaque année, commençant dans les années 1970.


Selon la tradition, chaque année, la communauté se rassemble au « Bal des Mariés ». La manifestation, qui a en son centre la promotion du port et de la danse de la vallée Sieului, est l'une des plus attendues, les gens faisant la fête avec joie au début de la nouvelle année. Pendant deux jours, samedi et dimanche, les gens venus des vallées de la région de Şieu et non seulement font la fête habillés en costumes populaires avec des plats traditionnels et de la musique de la meilleure qualité.



Itinéraires touristiques

Sieu-Odorhei-Village de Şieu-Odorhei- collines Lechinţei /rivière Sieu-église réformée du XIIIe siècle.

 

Arrière